Accueil Infos pratiques F.A.Q Foire aux Questions Spécialisées Formations Sécurité Formations travaux et protection Formation montage des échafaudages de pied R408

Est-ce obligatoire ?

D’après le Code du Travail, cette formation est obligatoire, les échafaudages ne peuvent être montés, démontés ou sensiblement modifiés que sous la direction d'une personne compétente et par des travailleurs qui ont reçu une formation adéquate et spécifique aux opérations envisagées

A qui est destinée cette formation ?

Cette formation est destinée à toute à toute personne réalisant le montage et démontage d’échafaudage

Quelles sont les compétences demandées au monteur d'échafaudage ?

  • Maîtriser les opérations de montage et de démontage en SECURITE des différents types d’échafaudages de pied
  • Elinguer et treuiller les charges à partir de l’échafaudage
  • Prévenir les situations dangereuses et prendre les mesures pour y remédier
  • Vérifier la qualité et la résistance des ancrages et amarrages de l’échafaudage
  • Vérifier la conformité du montage par rapport au plan d’installation et/ou aux dispositions prévues par le constructeur.

Quels sont les équipements obligatoires ?

Chaussures de sécurité, gilet haute visibilité, casque avec jugulaire, gants de manutention

Combien de temps est valable cette formation ?

Il n’y a pas de recyclage imposé. Cependant, il est préconisé un recyclage tous les 5 ans

Peux t'on former les établissements scolaires (Lycées professionnels et CFA) ?

Nous ne sommes pas habilités à former les établissement scolaire pour cette formation.

En effet l'INRS mets à disposition  L'outil de gestion des formations OGELI est mis à disposition des établissements scolaires dans le cadre d'un partenariat établi entre le Ministère de l'Education Nationale et le Réseau Assurance Maladie - Risques Professionnels (CNAM TS et INRS).

Cet outil permet de gérer les certifications des élèves, apprentis et il est accessible uniquement aux enseignants formateurs référencés pour déclarer leurs formations : principalement Sauveteurs Secouriste du Travail (SST), Prévention des Risques liés à l'Activité Physique (PRAP).

La base de donnée n'est pas consultable par des entreprises ou organismes de formation continue, elle est exclusivement dédiée aux établissements scolaires.

TEXTES DE REFERENCE REGLEMENTAIRES ET LEGAUX ECHAFAUDAGES : 

Pour garantir la sécurité des salariés dont les travaux nécessitent l’utilisation d’un échafaudage, la réglementation prévoit des contrôles périodiques et impose une formation aux personnes chargées de monter, démonter ou modifier les installations.

Les échafaudages font ainsi l’objet de dispositions spécifiques (articles R. 4323-69 à R. 4323-80 du Code du travail). 

Ils ne peuvent être montés, démontés ou sensiblement modifiés que sous la direction d’une personne compétente et par des travailleurs qui ont reçu une formation adéquate et spécifique aux opérations envisagées.  

LES SOURCES D’ORDRE  LEGAL ET REGLEMENTAIRE : 

LES MESURES DE PREVENTION  LEGALES : 

  • Article R4323-69

Les échafaudages ne peuvent être montés, démontés ou sensiblement modifiés que sous la direction d'une personne compétente et par des travailleurs qui ont reçu une formation adéquate et spécifique aux opérations envisagées.

Le contenu de cette formation est précisé aux articles R. 4141-13 et R. 4141-17. Il comporte, notamment : 

1° La compréhension du plan de montage, de démontage ou de transformation de l'échafaudage;
2° La sécurité lors du montage, du démontage ou de la transformation de l'échafaudage;
3° Les mesures de prévention des risques de chute de personnes ou d'objets ;
4° Les mesures de sécurité en cas de changement des conditions météorologiques qui pourrait être préjudiciable aux personnes en affectant la sécurité de l'échafaudage;
5° Les conditions en matière d'efforts de structure admissibles ;
6° Tout autre risque que les opérations de montage, de démontage et de transformation précitées peuvent comporter.
 

Cette formation est renouvelée dans les conditions prévues à l'article R. 4323-3 qui stipule que : ‘’La formation à la sécurité dont bénéficient les travailleurs chargés de        l'utilisation ou de la maintenance des équipements de travail est renouvelée et  complétée aussi souvent que nécessaire pour prendre en compte les  évolutions de ces équipements.’’ 

  • Article R4323-70

La personne qui dirige le montage, le démontage ou la modification d'un échafaudage et les travailleurs qui y participent disposent de la notice du fabricant ou du plan de montage et de démontage, notamment de toutes les instructions qu'ils peuvent comporter. 

Lorsque le montage de l'échafaudage correspond à celui prévu par la notice du fabricant, il est réalisé conformément à la note de calcul à laquelle renvoie cette notice.

Lorsque cette note de calcul n'est pas disponible ou que les configurations structurelles envisagées ne sont pas prévues par celle-ci, un calcul de résistance et de stabilité est réalisé par une personne compétente. 

Lorsque la configuration envisagée de l'échafaudage ne correspond pas à un montage prévu par la notice, un plan de montage, d'utilisation et de démontage est établi par une personne compétente. Ces documents sont conservés sur le lieu de travail.  

  • Article R4323-71

Une protection appropriée contre le risque de chute de hauteur et le risque de chute d'objet est assurée avant l'accès à tout niveau d'un échafaudage lors de son montage, de son démontage ou de sa transformation.

  • Article R4323-72

Les matériaux constitutifs des éléments d'un échafaudage sont d'une solidité et d'une résistance appropriée à leur emploi. 

Les assemblages sont réalisés de manière sûre, à l'aide d'éléments compatibles d'une même origine et dans les conditions pour lesquelles ils ont été testés. 

Ces éléments font l'objet d'une vérification de leur bon état de conservation avant toute opération de montage d'un échafaudage. 

  • Article R4323-73

La stabilité de l'échafaudage doit être assurée.

Tout échafaudage est construit et installé de manière à empêcher, en cours d'utilisation, le déplacement d'une quelconque de ses parties constituantes par rapport à l'ensemble. 

  • Article R4323-74

Les échafaudages fixes sont construits et installés de manière à supporter les efforts auxquels ils sont soumis et à résister aux contraintes résultant des conditions atmosphériques, notamment des effets du vent. Ils sont ancrés ou amarrés à tout point présentant une résistance suffisante ou protégés contre le risque de glissement et de renversement par tout autre moyen d'efficacité équivalente. 

La surface portante a une résistance suffisante pour s'opposer à tout affaissement d'appui. 

  • Article R4323-75

Le déplacement ou le basculement inopiné des échafaudages roulants lors du montage, du démontage et de l'utilisation est empêché par des dispositifs appropriés.

Aucun travailleur ne doit demeurer sur un échafaudage roulant lors de son déplacement. 

  • Article R4323-76

La charge admissible d'un échafaudage est indiquée de manière visible sur l'échafaudage ainsi que sur chacun de ses planchers. 

  • Article R4323-77

Les échafaudages sont munis sur les côtés extérieurs de dispositifs de protection collective tels que prévus à l'article R. 4323-59

  • Article R4323-78

Les dimensions, la forme et la disposition des planchers d'un échafaudage sont appropriées à la nature du travail à exécuter et adaptées aux charges à supporter. 

Elles permettent de travailler et de circuler de manière sûre. Les planchers des échafaudages sont montés de telle sorte que leurs composants ne puissent pas se déplacer lors de leur utilisation. 

Aucun vide de plus de 20 centimètres ne doit exister entre le bord des planchers et l'ouvrage ou l'équipement contre lequel l'échafaudage est établi.

Lorsque la configuration de l'ouvrage ou de l'équipement ne permet pas de respecter cette limite de distance, le risque de chute est prévenu par l'utilisation de dispositifs de protection collective ou individuelle dans les conditions et selon les modalités définies aux articles R. 4323-58 à R. 4323-61

Il en va de même lorsque l'échafaudage est établi contre un ouvrage ou un équipement ne dépassant pas d'une hauteur suffisante le niveau du plancher de cet échafaudage. 

  • Article R4323-79

Des moyens d'accès sûrs et en nombre suffisant sont aménagés entre les différents planchers de l'échafaudage. 

  • Article R4323-80

Lorsque certaines parties d'un échafaudage ne sont pas prêtes à l'emploi notamment pendant le montage, le démontage ou les transformations, ces parties constituent des zones d'accès limité qui sont équipées de dispositifs évitant que les personnes non autorisées puissent y pénétrer. Les mesures appropriées sont prises pour protéger les travailleurs autorisés à pénétrer dans ces zones. 

OBLIGATION GENERALE D’INFORMATION ET DE FORMATION : 

  • Article R4141-3

L'employeur informe les travailleurs sur les risques pour leur santé et leur sécurité. Cette information porte sur : 

1° Les modalités d'accès au document unique d'évaluation des risques, prévu à l'article R. 4121-1 ; 

2° Les mesures de prévention des risques identifiés dans le document unique d'évaluation des risques ; 

3° Le rôle du service de santé au travail et, le cas échéant, des représentants du personnel en matière de prévention des risques professionnels ; 

4° Le cas échéant, les dispositions contenues dans le règlement intérieur, prévues aux alinéas 1° et 2° de l'article L. 1321-1 ; 

5° Le cas échéant, les consignes de sécurité et de premiers secours en cas d'incendie, prévues à l'article R. 4227-37. 

  • Article R4141-13

La formation à la sécurité relative aux conditions d'exécution du travail a pour objet d'enseigner au travailleur, à partir des risques auxquels il est exposé : 

1° Les comportements et les gestes les plus sûrs en ayant recours, si possible, à des démonstrations ; 

2° Les modes opératoires retenus s'ils ont une incidence sur sa sécurité ou celle des autres travailleurs ; 

3° Le fonctionnement des dispositifs de protection et de secours et les motifs de leur emploi. 

  • Article R4141-14 

La formation à la sécurité relative aux conditions d'exécution du travail s'intègre à la formation ou aux instructions professionnelles que reçoit le travailleur.
Elle est dispensée sur les lieux du travail ou, à défaut, dans les conditions équivalentes. 

  • Article R4141-15 

En cas de création ou de modification d'un poste de travail ou de technique exposant à des risques nouveaux et comprenant l'une des tâches ci-dessous énumérées, le travailleur bénéficie, s'il y a lieu, après analyse par l'employeur des nouvelles conditions de travail, d'une formation à la sécurité sur les conditions d'exécution du travail : 

1° Utilisation de machines, portatives ou non ;

2° Manipulation ou utilisation de produits chimiques ; 

3° Opérations de manutention ; 

4° Travaux d'entretien des matériels et installations de l'établissement ; 

5° Conduite de véhicules, d'appareils de levage ou d'engins de toute nature ; 

6° Travaux mettant en contact avec des animaux dangereux ; 

7° Opérations portant sur le montage, le démontage ou la transformation des échafaudages ; 

8° Utilisation des techniques d'accès et de positionnement au moyen de cordes.    

  • Article R4141-17 

La formation à la sécurité sur les dispositions à prendre en cas d'accident ou de sinistre a pour objet de préparer le travailleur à la conduite à tenir lorsqu'une personne est victime d'un accident ou d'une intoxication sur les lieux du travail. 

  • Article R4141-18 

Le travailleur affecté à l'une des tâches énumérées à l'article R. 4141-15 bénéficie d'une formation à la conduite à tenir en cas d'accident ou de sinistre. 

  • Article R4141-19

Lors d'un changement de poste de travail ou de technique, le travailleur exposé à des risques nouveaux ou affecté à l'une des tâches définies à l'article R. 4141-15    bénéficie d'une formation à la sécurité relative à la conduite à tenir en cas d'accident    ou de   sinistre. 

  • Article R4141-20

La formation à la sécurité sur les dispositions à prendre en cas d'accident ou de            sinistre est dispensée dans le mois qui suit l'affectation du travailleur à son emploi. 

  • Article R4323-3

La formation à la sécurité dont bénéficient les travailleurs chargés de l'utilisation ou    de la maintenance des équipements de travail est renouvelée et complétée aussi     souvent que nécessaire pour prendre en compte les évolutions de ces équipements. 

LES MESURES DE PREVENTION DES RECOMMANDATIONS R408 ET R457 : 

La recommandation R 408 de la CNAMTS qui définit des référentiels de compétence pour lemontage, l’utilisation et l’exploitation deséchafaudages de pied tandis que celle R457 définit les référentiels de compétence pour les échafaudages roulants. 

Elles sont applicables à tous les chefs d’entreprise des industries du Bâtiment et des Travaux Publics. 

Et ont pour objet de prévenir les risques occasionnés par les échafaudages: 

                                   - chutes de hauteur 

                                   - chutes d’objets 

                                   - manutention 

                                   - électrisation, 

                                   - effondrement partiel ou complet d’un échafaudage 

                                   - Reversement d’un échafaudage 

Par la mise en œuvre de nombreux conseils.L’employeur doit ainsi : 

  1. 1.      Effectuer une évaluation préalable pour déterminer les techniques d’accès et les moyens de prévention les mieux adaptés au travail en hauteur 

Avant toute installation d’échafaudage, le Chef d’Entreprise ou son représentant procède à une analyse des besoins et des contraintes du site. 

  1. 2.      Choisir du matériel dont la conformité aux normes est attestée par une tierce partie et dont l’utilisation n’entraine pas de risques supplémentaires 

Le choix du matériel se fera en fonction de l’analyse des besoins, des contraintes de site et des aspects ergonomiques. 

Le matériel endommagé et/ou rouillé ne doit pas être réparé mais être détruit. 

  1. 3.      Respecter la notice d’utilisation établie et fournie par le constructeur

Les échafaudages doivent être montés et utilisés conformément aux dispositions prévues par le fabricant et maintenus dans cette configuration. 

  1. 4.      Employer au montage, démontage et vérification que du personnel apte et spécifiquement formé 

Les monteurs doivent être formés à leurs tâches et les utilisateurs avertis des choses à faire et à ne pas faire. 

  1. 5.      Réceptionner les échafaudages avant utilisation 

Si le monteur n’appartient pas à l’entreprise utilisatrice de l’échafaudage, il y a lieu d’établir un PV de réception écrit et contradictoire après vérification que l’échafaudage est conforme au cahier des charges et adapté aux besoins de l’entreprise utilisatrice.

Si nécessaire, il faut indiquer les modifications que l’entreprise utilisatrice est amenée à faire en cours d’utilisation. 

Le PV doit être signé par les 2 parties. 

Si le monteur appartient à l’entreprise, il faut qu’une personne compétente de l’entreprise vérifie et réceptionne l’échafaudage une fois monté et donne l’autorisation de l’exploiter. L’autorisation pourra être notée (date et signature de la personne compétente) sur le panneau fixé à l’échafaudage mentionnant les conditions d’utilisations et interdisant l’accès aux entreprises et personnes non autorisées.

L’entreprise utilisatrice conservera l’échafaudage utilisé dans le même état de conformité et sans modification depuis la réception. Elle est responsable de l’échafaudage et des dommages que le matériel peut causer. 

La recommandation R408 distingue 4 catégories d’intervenants sur les échafaudages : 

  • Le responsable de la conception d’échafaudage (connaissance du matériel, adéquation entre les exigences de l’utilisateur, les contraintes du site et les conditions d’utilisation données par le fabricant du matériel, évaluation des risques et mesures de prévention, capacité d’étude)
  • Le responsable du montage ou monteur de l’échafaudage (vérification de l’état  du matériel, maitrise des opérations de montage et démontage, conformité au plan, gestion des situations de danger)
  • Responsable de réception et de maintenance (ou d’exploitation) d’échafaudage (Réceptionner l’échafaudage avant utilisation, assurer la maintenance de l’échafaudage, conformité de l’échafaudage au plan et état des différents éléments)
  • Personnels travaillant sur les échafaudages (accéder et circuler en sécurité sur l’échafaudage, respecter les limites de charge, maintenir l’échafaudage en sécurité, éviter et signaler les situations dangereuses). 

La recommandation R 457 distingue trois catégories d’intervenants : 

  • Le vérificateur (comprendre la notice du fabricant, connaitre les différents types de matériels et leurs fonctions, adéquation matériel et besoins, effectuer l’examen de l’état de conservation, consigner les résultats des vérifications, signaler et remédier aux situations de risques, connaitre et faire connaitre les consignes de sécurité).
  •  Le monteur (en plus des opérations du vérificateur doit maitriser les opérations de montage, déplacement et démontage en sécurité de l’échafaudage roulant suivant notice du fabricant).
  • L’utilisateur (comprendre la notice du fabricant du matériel utilisé, vérifier que le matériel est adapté/adéquation matériel, besoins et contraintes du site,  effectuer la vérification journalière, signaler et remédier aux situations de risques, connaitre et faire connaitre les consignes de sécurité). 

LES CONSEILS PRATIQUES DE PREVENTION : 

- L’accès aux planchers de travail doit être réalisé par l’intérieur grâce à des planchers équipés de trappes et d’échelles d’accès, de préférence inclinées. Un garde corps supplémentaire doit être prévu au niveau de la travée d’accès pour éviter le risque de chute de hauteur depuis l’échelle. 

- Le plancher ne doit pas être surchargé. 

- Les surfaces d’appuis sont à déterminer en fonction des charges de l’échafaudage , poids propre et charges d’exploitation. Ces charges permettent de déterminer la pression au sol en fonction de la surface d’appui. 

- Les roues d’un échafaudage roulant doivent toujours être bloquées pendant le travail et ne doivent pas être surchargées. 

- L’échafaudage doit être équipé de chaque côté ouvert d’une protection antichute. 

- Le plancher de travail d’un échafaudage roulant ne doit jamais être utilisé comme lieu de stockage. 

- Ne pas installer de passerelle entre deux échafaudages à moins que les deux échafaudages roulants ne puissent bouger et que la passerelle soit pourvue de garde corps. 

- Ne pas utiliser d’échafaudages métalliques à proximité de conduites électriques sans faire isoler celles ci. 

- Ne pas bâcler un échafaudage roulant à moins d’une signalisation et d’un balisage adéquats. 

- S’assurer qu’aucun objet ou qu’aucune personne ne puisse tomber de l’échafaudage lorsque celui-ci est déplacé. 

- Déplacer uniquement un échafaudage roulant dans le sens longitudinal ou en diagonale mais jamais dans le sens de la largeur. 

LES VERIFICATIONS REGLEMENTAIRES DES ECHAFAUDAGES : 

1.  La vérification avant mise en service sur chaque site d’installation 

Cette vérification a lieu : 

- lors de la première utilisation 

- en cas de démontage suivant d’un remontage de l’échafaudage 

- à la suite de la modification des conditions d’utilisation, des  conditions atmosphériques ou d’environnement susceptibles d’affecter la sécurité d’utilisation de l’échafaudage, 

- à la suite d’une interruption d’utilisation d’au moins un mois.  

2.  Une vérification journalière

Elle comporte un examen de l’état de conservation dont la traçabilité est formalisée par une feuille disposée sur la trappe d’accès. 

3.  Une vérification trimestrielle 

Cette vérification est comparable à celle journalière visant plusieurs points de contrôle : 

- Structure de l’échafaudage 

- Eléments de calage et de stabilisation 

- Affichage sur l’échafaudage 

- Organisationnel  

Ces vérifications ne peuvent être conduite que par du personnel titulaire d’une attestation de compétence délivrée par le chef d’établissement portant la mention ‘’vérificateur et utilisateur’’. 

LES COMPTENCES DES OPERATEURS : 

Les opérateurs chargés de monter, démonter, utiliser ou vérifier des échafaudages doivent avoir un savoir faire et des compétences visant à la maitrise des risques liés aux échafaudages. 

Selon le Code du travail,  la formation comporte notamment : 

  • la compréhension du plan de montage, de démontage ou de transformation de l’échafaudage,
  • la sécurité lors du montage, du démontage ou de la transformation de l’échafaudage,
  • les mesures de prévention des risques de chute de personnes ou d’objets,
  • les mesures de sécurité en cas de changement des conditions météorologiques qui pourraient être préjudiciable aux personnes en affectant la sécurité de l’échafaudage,
  • les conditions en matière d’efforts de structure admissibles,
  • tout autre risque que les opérations de montage, de démontage et de transformation précitées peuvent comporter. 

En plus de la formation spécifique aux métiers du BTP le montage, le démontage et l’utilisation des échafaudages roulants nécessitent une technicité acquise par une formation spécifique. 

Une attestation de compétences basée sur un référentiel de compétences est délivrée par le chef d’entreprise qui précisera les limites des aptitudes des salariés. 

Elle est obligatoire pour monter, démonter, modifier ou exploiter un échafaudage. 

Le certificat de qualification professionnelle (CQP) « Monteur d’échafaudages » est l’un des moyens qui permet d’attester la qualification d’une personne à tenir un emploi de monteur d’échafaudages et de vérifier les compétences acquises et de les valider. 

LES EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELE POUR LES MONTEURS D’ECHAFAUDAGES : 

- Chaussures de sécurité montantes obligatoires 

- Casque de protection contre la chute d’objets et les coups à la tête 

- Lunettes de protection lors du démontage d’échafaudages et contre la lumière du soleil 

- gants de protection contre le froid , l’humidité et les objets pointus 

- Gilet de sauvetage pour les travaux aux abords et au dessus de l’eau 

- Harnais d’antichute constitué de différentes sangles qui en cas de chutes , répartissent les efforts sur les parties les plus solides du corps (cuisses et bassins) 

- Antichute, système qui se bloque dés que l’accélération de l’utilisateur est trop importante , avec accrochage à un niveau supérieur à celui de la taille. Il doit permettre de stopper la chute dans son premier mètre. 

- Absorbeur d’énergie, dispositif obligatoire dés que la chute peut dépasser un mètre. Il amortit la chute afin de limiter les efforts de la décélération en dessous d’un seuil qui provoquerait des lésions du corps humain. 

- Système de liaison composé d’une longe et d’un dispositif d’attache. La longueur de la longe ou de l’ensemble ne doit pas dépasser 2 mètres. 

LES EQUIPEMENTS DE PROTECTION COLLECTIVES POUR ECHAFAUDAGES : 

- Le garde corps de montage et de sécurité. 

- Les liens pour bâche pour la sécurisation des bâches d’échafaudage sur les échafaudages. 

- Les filets à débris et les systèmes de filets de sécurité pour le captage des chutes de débris. 

- Les plaques pour pieds d’échafaudage pour la stabilité des échafaudages. 

- Les capes pour extrémités de tubes et le ruban adhésif de sécurité. 

- La Barrière Ecluse qui protège toutes les personnes travaillant sur un échafaudage en sécurisant le chargement ou le déchargement sur l’échafaudage et protège l’opérateur à tous les stades de l’approvisionnement.  

Pour plus d'informations de l'INRS :

Recommandation_R408.pdf

Nos
références